Passer au contenu principal Passer à la recherche Passer aux résultats

Force Publique

 Personne morale

Dates

  • Existence: 1908 - 1960

Biographie

La Force Publique est créée en 1885, la même année que l’Etat indépendant du Congo. Chargée dans un premier temps d’explorer et d’occuper le territoire, elle se transforme progressivement en force de maintien de l’ordre sous l’administration belge. La Force Publique défend le territoire du Congo belge et collabore avec les troupes alliées à des degrés divers lors des guerres de 1914-18 et 1940-45. Pendant la première guerre mondiale, c’est dans l’Est-Africain allemand que les troupes de la Force Publique s’illustrent le plus. En 1914, les Belges parviennent à chasser les bateaux allemands du lac Kivu et du lac Tanganyika puis entament l’offensive, en collaboration avec les troupes britanniques commandées par le général Smuts. Dès avril 1916, le général Tombeur envoie deux brigades à la conquête du territoire ennemi. Après avoir conquis en trois mois le Ruanda, l’Urundi et l’Ussuwi, les troupes de la Force Publique sont chargées d’enlever le chemin de fer vital de Dar-es-Salam à Kigoma. Le 28 juillet, la brigade du colonel Olsen occupe Kigoma tandis que la brigade du colonel Molitor s’installe au sud du lac Victoria. Partant de ces deux régions, elles se réunissent le 16 septembre 1916 à Tabora (Tanzanie). Menacés d’encerclement, les Allemands se rendent le lendemain et la ville est occupée par les troupes alliées le 19 septembre. L’offensive congolaise reprend à la mi-août 1917 à la demande des Britanniques qui ne parviennent pas à venir à bout des troupes coloniales allemandes. Après une série de durs combats, le plateau de Mahenge est conquis le 9 octobre. Les Allemands se replient au Mozambique. En 1919, il ne reste des territoires conquis que le Ruanda-Urundi sur lequel la Belgique reçoit un mandat de la Société des Nations. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Force publique se mobilise à partir de mai 1940 puis se concentre dans le Nord-Est du Congo car depuis l’entrée en guerre de l’Italie en juin, les forces italiennes d’Abyssinie constituent une menace potentielle. Les troupes collaborent avec les forces britanniques du Soudan qui se préparent à attaquer l’Ethiopie italienne. Une fois les Italiens chassés d’Éthiopie en juillet 1941, la Force publique rentre au Congo. Après la guerre on entame la construction de l’École des cadres pour former les cadres congolais (1947), et d’autres écoles sont progressivement créées. Jusqu’en 1959, le Congo est remarquablement calme. Mais du 4 janvier 1959 au 29 juin 1960, la Force Publique est engagée chaque jour davantage dans des opérations de maintien de l’ordre, c’est-à-dire essentiellement pour faire cesser des affrontements entre groupes ethniques ou politiques rivaux. Le 5 juillet 1960, les troupes de la Force Publique se révoltent et demandent notamment l’africanisation des cadres. Dès juillet 1960 la Force publique devient l’Armée Nationale Congolaise même si aucun texte officiel ne consacre cette nouvelle dénomination et si le nom de Force Publique sera encore utilisé ultérieurement.
Sources : ETAT-MAJOR DE LA FORCE PUBLIQUE, 1886-1955. Résumé de l’histoire de la Force publique du Congo belge, Léopoldville-Kalina, s.d., p.16-19 ; JANSSENS FP E, Histoire de la Force publique, 1980; JACQUIJ P., LIERNEUX P. et PEETERS N., Lisolo na Bisu 1885-1960. Notre histoire : le soldat congolais de la Force publique, Catalogue d’exposition, Bruxelles, Musée royal de l’armée et d’histoire militaire, 2010, p.35-37 ; VIJGEN I., « Tussen mandaat en kolonie ». Rwanda, Burundi en het Belgische bestuur in opdracht van de Volkenbond (1916-1932), Louvain, Voorburg, Acco, 2005 ; VANDERSTRAETEN L.-F., De la Force publique à l’Armée nationale congolaise. Histoire d’une mutinerie, Académie royale de Belgique, Bruxelles, 1985, p.367.

Trouvé dans 6 Collections et/ou documents:

Fonds de la Force Publique du Congo belge

 Fonds
Identifiant: HA.02.0004
Résumé Un livre-indicateur des courriers entrants et sortants employé par l’administration militaire belge en Afrique orientale allemande occupée lors de la campagne de Tabora (1917-1918).