Passer au contenu principal

Wangermée, Émile

 Personne

Dates

  • Existence: 1855 - 1924

Biographie

Né à Tirlemont (Belgique), le 14 mars 1855, Émile Wangermée entre à l’École Militaire en 1871. En 1876, il est nommé sous-lieutenant et prend son service au régiment du Génie, puis à la compagnie de chemin de fer, puis aux pontonniers de place. Il est ensuite répétiteur à l’École Militaire, puis capitaine à l’Inspection générale du génie et des fortifications. En 1893, Wangermée est désigné pour appuyer la protection de Boma, et est ainsi chargé d’établir le plan du fort de Shinkakasa et la liaison télégraphique entre Boma et Matadi. En 1894, il est attaché par le roi Léopold II à l’administration de l’Etat indépendant du Congo. Deux ans plus tard, il est nommé inspecteur d’Etat adjoint au gouverneur général Wahis. En 1897, juste nommé vice-gouverneur général, Wangermée doit faire face aux révoltes tetela dans la Province Orientale. Un an plus tard, il assure la direction du gouvernement local, et entame une inspection dans le Haut-Congo. A la fin de son séjour, il doit réprimer la révolte des soldats travailleurs du fort de Shinkakasa. En 1901, Wangermée est nommé gouverneur général. Pendant ce temps, les travaux du fort de Shinkakasa sont repris et terminés en 1904. Suite à une controverse au sujet de la frontière orientale avec le gouvernement britannique et allemand, Léopold II charge Wangermée, alors à nouveau vice-gouverneur général, d’une mission d’inspection à la frontière orientale afin de rendre compte des défenses disponibles. En 1906, il demande à être mis en disponibilité, et est désigné représentant du Comité Spécial du Katanga dans tout le pays, puis à Kafubu. En 1910, le gouvernement retire les pouvoirs administratifs et politiques au CSK, et Wangermée devient le premier gouverneur de la province du Katanga. Entre 1910 et 1917, il crée et développe le centre urbain d’Elisabethville, fonde la Bourse du Travail du Katanga, et est nommé général-major. En 1917, il rentre en Belgique et demande sa retraite. En 1919, il devient membre du Conseil Colonial. Cette même année, l’Union Minière du Haut-Katanga l’envoie en mission à Elisabethville comme représentant du Conseil. Il décède le 24 avril 1924.
Sources : MOULAERT G., «  Wangermée (Émile) », in : Biographie Coloniale Belge, t. I, Bruxelles, Institut royal colonial belge, 1948, col. 951-956 ; JANSSENS E. et CATEAUX A., Les Belges au Congo. Notices biographiques, t.vI, Anvers 1908, p. 183 - 187 ;  Revue congolaise illustrée, mars 1949, p. 4-7.

Trouvé dans 90 Collections et/ou documents:

Copie de la lettre du gouverneur général Emile Wangermée au vice-gouverneur général, Francis Dhanis, concernant les ordres de Josué Henry après la victoire du 15 juillet. Avec une note adjointe du commissaire du district des Falls, Justin Malfeyt , 1897 oct.

 Pièce
Identifiant: HA.01.0117.85
Présentation du contenu Henry a été porté à l'ordre du jour après la victoire du 15 juillet remportée sur les révoltés. Friart est nommé lieutenant, Sauvage et Kimpe adjudants. Wangermée regrette que, faute de ravitaillement, Henry n'ait pu poursuivre les rebelles. Ne partage pas l'avis de Henry, il faut les poursuivre immédiatement. Sé Wangermée, Boma, 13 octobre 1897.
Dates: 1897 oct.

Fonds Wangermée, Émile

 Fonds
Identifiant: HA.01.0006
Présentation du contenu Vie Privée : Diplôme scolaire (1869) et lettres de félicitations (1892-1893). Armée belge : Nominations et commissions (1877-1911) ; Lettre de remerciement pour sauver la vie d’un ouvrier (1892). Terme 1 (1893-1894) : Passeport et attestation de santé (1893) ; Lettres entrantes (1893-1894). Terme 2 (1896-1898) : Nominations (1896-1897) ; Correspondance avec Ghislain (1896) Liebrechts (1896-1897), Klobb (1896) et Lombard (1897) ; Documentation (1896-1897) ; Passeport (1897). Terme 3 (1898-1900)...
Dates: Majeure partie des documents trouvés entre 1869-1914