Passer au contenu principal Passer à la recherche Passer aux résultats

Direction et Services du directeur

 Personne morale

Dates

  • Existence: 1898 - auj.

Historique

Quand le Musée du Congo ouvre ses portes en 1998, les sources rares mentionnent la présence d’un directeur et d’un conservateur à la tête de l'institution. En 1910, la situation s’éclaircit et le nom du Musée du Congo belge est adopté. L’institution est placé sous la tutelle du Ministre des Colonies, avec une Commission de Surveillance à côté du directeur pour garantir le contrôle ministérielle. Jusqu’ à 1928, les structures ne changent pas, sauf durant la Première Guerre Mondiale, quand le Musée se trouve sous la tutelle du Ministère des Sciences et du Kolonial Abteilung de la Auswärtiges Amt. La réforme de 1928 donne naissance à des nouveaux services administratifs pour assister le directeur. Le Service photographique devient un service central sous la responsabilité du directeur. L'indépendance du Congo résulte dans un nouveau organigramme et les services de la direction sont élargis d'un Service de Publications (1962) et d'un Service éducatif (1963). En même temps, le Musée déménage aux pouvoirs du Ministère de l'Education Nationale et de la Culture et le directeur est flanqué par une nouvelle Commission de l'Administration du Patrimoine (1962). De son côte, la Commission de Surveillance est remplacé par un Conseil Scientifique. Dès 1965, la collaboration entre les institutions scientifiques est stimulé par la création de deux nouveaux organes, le Collège des chefs d'établissements scientifiques et le Conseil Scientifique des établissements scientifiques, dont le directeur représente le Musée. D'une autre côté, la double tutelle ministérielle à cause de la fédéralisation de culture en 1969, a des conséquences négatifs pour l'organisation. Par loi, le MRAC et l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique(IRSNB) doivent travailler ensemble dans le Groupement Nature et reçoivent plus d' indépendance dans leur gestion financière et matérielle par la Commission de gestion du groupement Nature en remplaçant la Commission de gestion du patrimoine (1987). En 1988, les établissements scientifiques sont placés sous la tutelle du Ministère des Affaires Intérieures, pour se trouver en 1992 sous la tutelle du Ministre de la Politique scientifique et ses Services de Programmation de la Politique scientifique (SPPS), en 1994 renommés Services fédéraux des affaires scientifiques, techniques et culturelles (SSTC). Le MRAC est classé comme Etablissement scientifique fédéral et le directeur prend siège au Collège des chefs des établissements scientifiques fédéraux. La convention avec l’Administration générale de la coopération au développement (AGCD)en 1998, plus tard la Direction générale de la coopération au développement (DGCD), donne un nouveau élan au Musée avec des nouveaux projets et collaborations. En 1999, un nouveau Conseil de direction est installé et la commission de gestion du groupement nature est remplacé par la commission de gestion du pôle nature, ayant plus d'autonomie. La réforme Copernic résulte dans une grande réforme du paysage féderal scientifique : le musée devient un Service public fédéral de programmation de la Politique scientifique au Service public fédéral Économie, PME, Classes moyennes et Énergie. dont le directeur prend place à un nouveau Comité de direction du Service public fédéral de programmation de la Politique scientifique, remplaçant l'ancien Collège. Depuis 1999, la structure organisationnelle du musée voit des modifications avec la création des nouveaux services au sein de la direction et des services d'encadrement : service de Coöperation (1999), ICT et Muséologie (2002).
Sources : G. LELOUP, Les archives institutionnelles du Musée royal de l’Afrique centrale. Tableau de tri, AGR - MRAC, Tableaux de gestion et tableaux de tri, 4, Bruxelles, 2007 ; MRAC, Archives de la direction, Rapport annuel

Trouvé dans 10 Collections et/ou documents:

Archives de la direction et des services d'appui

 Fonds
Identifiant: AA
Présentation du contenu La plus grande partie des archives administratives du Musée du Congo de la période 1898-1909 ne sont pas conservées au MRAC. Seules quelques-unes ont été retrouvées. Les archives institutionnelles du musée sont classées en séries. Les séries des archives de la direction et de ses services : Gestion administrative-juridique, Gestion financière, Gestion financière du patrimoine, Gestion matérielle, Sécurité et surveillance, Gestion du personnel, Gestion ICT, Coordination stratégique, Coordination...

Dossiers d’acquisition ou formulaires d’acquisition pour achat ou échange , 1932-1961

 Série
Identifiant: AA.2-D.3
Résumé Lorsqu'une nouvelle acquisition entrait au musée, elle était inscrite dans le registre d'entrée centrale. Les documents reçus et envoyés lors de l'acquisition ont donné lieu à la création d'un dossier. Les dossiers rassemblent les documents (correspondance, transmis, factures, ...) sur les différents achats et échanges d'une collection à une année. Les dossiers sont en relation avec le registre d'acquisition (AA.1.RGE). Les dossiers d'acquisition conservés par les sections contiennent souvent...

Dossiers d'acquisition pour récolte, don, achat ou échange, 1910 - 1931

 Série
Identifiant: AA.1-I
Résumé Lorsqu'une nouvelle acquisition entrait au musée, elle était inscrite dans le registre d'entrée centrale. Les documents reçus et envoyés lors de l'acquisition ont donné lieu à la création d'un dossier. Les dossiers d'acquisition conservés par les sections contiennent souvent également des documents copiés ou originaux provenant du dossier d'acquisition central.

Dossiers d'acquisition pour récolte ou don, 1932 - 1980

 Série
Identifiant: AA.2-D.2
Résumé Lorsqu'une nouvelle acquisition entrait au musée, elle était inscrite dans le registre d'entrée centrale. Les documents reçus et envoyés lors de l'acquisition ont donné lieu à la création d'un dossier. Les dossiers d'acquisition conservés par les sections contiennent souvent également des documents copiés ou originaux provenant du dossier d'acquisition central.