Passer au contenu principal Passer à la recherche Passer aux résultats

Comité spécial du Katanga. CSK

 Personne morale

Dates

  • Existence: 1900 - 1960

Historique

Le Comité Spécial du Katanga est une organisation parastatale créée en 1900 par l’Etat indépendant du Congo et la Compagnie du Katanga. Ces derniers lui confient leurs biens communs et le chargent de gérer et d’exploiter ces biens. L’objectif du CSK est d’assurer et de diriger en participation l’exploitation de tous les terrains appartenant au Domaine de l’Etat et à la Compagnie du Katanga. Créé pour un terme de 99 ans, le CSK reçoit 45 millions d’hectares avec des droits économiques mais aussi d’administration. Afin d’exploiter les richesses de son vaste domaine, le CSK signe en 1900-1901 une convention avec Robert Williams et la société britannique TCL. La convention autorise cette dernière à prospecter les régions méridionales du Katanga pendant 5 ans et à exploiter avec le CSK les mines exploitables pour une durée de 30 ans (qui deviendront finalement 89 ans). Le CSK a un pouvoir absolu sur ces terres (administration, gestion et aliénation). Par le décret du 6 décembre 1900, le CSK a reçu délégation aux fins d’exercer l’autorité de l’Etat dans les territoires du Katanga. Toutes les mines du Katanga sont concédées au CSK qui obtient le droit de les gérer directement ou par le biais de sociétés concessionnaires. C’est dans ce cadre qu’est créé, en 1906, l’Union Minière du Haut-Katanga. L’UMHK est le résultat d’un compromis entre l’EIC et la Compagnie de Katanga au sein du CSK, les « inventeurs » des gisements (TCL) et les bailleurs de fonds (TCL et Société Générale) pour exploiter les gisements. La création de l’UMHK met fin à l’intervention directe du CSK dans l’exploitation des mines. Déchargé aussi de l’administration du territoire, le CSK s’occupe dès lors essentiellement de la gestion du patrimoine. La reprise du Congo par la Belgique met fin, en 1910, à la délégation officielle de pouvoirs de souveraineté consentie au CSK par l’Etat Indépendant du Congo. Cependant de nombreux employés et dirigeants du CSK passent au service de la colonie. Le CSK reste donc très proche du pouvoir. À partir de 1910, le CSK remet ses compétences d’administration locale aux Gouverneurs de la province. Après la Première Guerre mondiale, il multiplie ses services : un service de géographie et de géologie, un service forestier, un service agricole, un service de la colonisation, un service vétérinaire et une ferme expérimentale (Hubert Droogmans). Après la Seconde Guerre mondiale, vient s’ajouter un service Études et travaux. Après 1933, la tâche du CSK est de promouvoir dans ce vaste domaine, toutes les activités se rattachant à la colonisation, à l’agriculture, au commerce et aux mines. Le CSK était le principal actionnaire de l’importante Compagnie Géologique et Minière des Ingénieurs et Industriels belges GEOMINES (1910), de la société d’élevage « Compagnie Pastorale du Lomani » (1928) et de l’UMHK (1906). Au moment de l’indépendance, le gouvernement opte pour la dissolution du CSK qui a lieu en juin 1960.
Sources : BUELENS F., Congo 1855-1960. Een financieel-economische geschiedenis, Epo, Berchem, 2007, p. 204-208 et 492-494; JOYE P. et LEWIN R., Les trusts au Congo, Société Populaire d’Editions, Bruxelles, 1961, pp. 290-295 ; BRION R., MOREAU J.-L., De la mine à Mars. La genèse d’Umicore, Lannoo, Tielt, 2006, p. 68-70 ; CSK, Comité Spécial du Katanga. 1900-1950, Ed. L. Cuypers, Bruxelles, 1950.

Trouvé dans 1 Collection ou document:

Fonds Comité spécial du Katanga

 Fonds
Identifiant: HA.02.0014-CSK1
Partie Histoire Documents relatifs à la gestion administrative et juridique du CSK : Rapports annuels et généraux, Procès-verbaux des séances et réunions, Dossier de la Direction Générale Afrique (e.a. correspondance), Rapports d’activité, Dossier sur les Centres urbains (affaires générales), Rapports du service vétérinaire, Rapports annuels du Service des Etudes et travaux, Correspondance et télégrammes entrants et sortants, franchise postale, Création de poste, Documents parlementaires concernant le traité...