Passer au contenu principal Passer à la recherche Passer aux résultats

Institut pour la recherche scientifique en Afrique centrale. IRSAC

 Personne morale

Dates

  • Existence: 1947 - 1975

Biographie

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement belge décide de créer une institution interdisciplinaire et autonome capable d’aborder les divers problèmes liés au développement de l’Afrique centrale et du Congo particulièrement. L’Institut pour la recherche scientifique en Afrique Centrale – IRSAC – est ainsi créé en 1947 et s’établit de façon permanente au Congo belge. L’Institut reçoit la mission de « susciter, promouvoir, réaliser et coordonner, spécialement au Congo belge et au Ruanda-Urundi, l’étude des sciences de l’homme et de la Nature ». Il s’agit de coordonner la recherche scientifique, d’atteindre une connaissance plus approfondie et rationnelle du Congo, de réunir toutes les compétences et les spécialistes divers autour de chaque problème et de réaliser dans des infrastructures propres des études essentielles dans des sujets neufs et peu étudiés. L’Institut participe ainsi au développement de l’ethnologie universitaire encore inexistante en Belgique à l’époque. Afin de réaliser ses objectifs, l’IRSAC construit plusieurs centres de recherche scientifique dont quatre se situent au Congo belge (Lwiro, Mabali, Uvira et Elisabethville) et un au Ruanda-Urundi (Astrida). Le fonctionnement de l’IRSAC est assuré par un Conseil d’administration composé de 25 membres et par le directeur de l’institution, Louis Van Den Bergh, initialement professeur à l’Institut de médecine tropicale Prince Léopold II. Ce dernier est assisté de quelques chefs de service et des cinq chefs de centre de recherches scientifiques issus des quatre grandes universités belges (Bruxelles, Gand, Liège, et Leuven). Les principaux domaines de recherche de l’Institut se répartissent comme suit : Alimentation et nutrition de l’indigène ; Biologie animale ; Sciences de l’homme ; Pathologie humaine et animale ; Géophysique et astronomie ; Biologie végétale ; Géologie. Une Commission scientifique, constituée de chercheurs qualifiés, est créée pour chaque discipline qui le nécessite. Ces Commissions, collèges à caractère provisoire, sont chargées d’élaborer un programme de recherche, d’instruire les demandes de subsides, et d’émettre un avis sur l’attribution de mandats de chercheur. À la fin de l’année 1954, l’IRSAC est composé d’une quarantaine d’Européens et de 400 Africains. Après l’indépendance, l’IRSAC passe aux mains du gouvernement congolais et fonctionne dès lors sur le budget de l’éducation nationale congolaise. De nombreux chercheurs belges quittent alors l’IRSAC et incorporent d’autres institutions. Par une ordonnance du 10 août 1967, l’IRSAC est rattaché à l’Office National de la Recherche et du Développement, et change quelque peu l’orientation de ses recherches. L’IRSAC, tel que constitué en 1947, disparait totalement en 1975. L’Institut est rebaptisé « Centre de Lwiro » et incorporé, comme d’autres organismes de recherches, à l’Institut de recherche scientifique (IRS) nouvellement créé. Les centres de Lwiro, Mabali et Uvira conservent les recherches en sciences nutritionnelles, géophysiques et biologiques ainsi que le patrimoine documentaire s’y rapportant. Les recherches en sciences humaines sont, quant à elles, transférées à Kinshasa au Centre de Recherche en Sciences Humaines (CRSH).
L’I.R.S.A.C.- L’Institut pour la Recherche Scientifique en Afrique centrale, in : Congo-Tervuren, I, n°3, 1955, p. 89-92 ; MRAC : service Gestion des Collections (Archives) : Fonds IRSAC : Communication faite par M. E. De Bruyne, président de l’I.R.S.A.C., à l’issue du déjeuner offert, le 27 avril 1948, en l’honneur de cette institution par le Cercle Royal Africain, fascicule de 7 pages ; IRSAC, Quinzième Rapport annuel. 1966-1967, Direction générale, Centre de Lwiro, Dépêche spéciale, Bukavu, République du Zaïre, 1967 ; Projet de loi relatif au budget ordinaire de la République du Congo, exercice 1962, in : Moniteur congolais n°25 du 22 octobre 1962, p.256 ; PONCELET M., « Colonisation, développement et sciences sociales. Éléments pour une sociologie de la constitution du champ des "arts et sciences du développement" dans les sciences sociales francophones belges » in : Bulletin de l’Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement (APAD), n°6, 2008.

Trouvé dans 1 Collection ou document:

Fonds de l’Institut pour la recherche scientifique en Afrique centrale

 Fonds
Identifiant: HA.02.0008
Résumé Documents relatifs à la gestion financière : Grands Livres, Extraits de comptes, Budgets, Subsides, Balances et crédits, Bilans, Livres-journal, Factures, Contributions, Bons de commandes, Traitements des salaires, Pensions, Correspondances diverses et comptables, Opérations diverses, Documents divers concernant des organismes financiers ; Documents relatifs à la gestion administrative et juridique de l’institution: Correspondance interne et correspondance des centres de recherches...