Passer au contenu principal Passer à la recherche Passer aux résultats

Compagnie du Chemin de fer du Bas-Congo au Katanga. BCK

 Personne morale

Dates

  • Existence: 1906 - 1980

Historique

L’histoire de la Compagnie du Chemin de fer du Bas-Congo au Katanga (BCK) commence en 1906 lorsque Léopold II se met en rapport avec la Société Générale pour créer trois grands sociétés : l’UMHK, la Forminière et la BCK. Ces sociétés se voient attribuer des concessions extrêmement étendues. L’exploitation des gisements miniers katangais impliquait l’ouverture de voies de communications avec l’extérieur. L’objectif de la BCK est de réaliser et gérer les liaisons ferroviaires donnant à la zone minière du Katanga des accès à la mer, de préférence au moyen de lignes se trouvant entièrement en territoire congolais. Le BCK a le rôle de bureau d’études, d’ingénieur-conseil et d’exploitant du réseau. La société opère avec des capitaux privés pour le compte de la CFK (Compagnie du Chemin de fer du Katanga) et de la LKD (Société des Chemins de fer Léopoldville-Katanga-Dilolo). La C.F.K. et la L.K.D. fusionnent en 1952 et deviennent la « Compagnie des Chemins de fer Katanga-Dilolo-Léopoldville » (KDL). En 1960, trois lignes principales aboutissent à Tenke partant l’une de la frontière avec la Rhodésie, une autre de la frontière avec l’Angola et une troisième de Port-Francqui. Le réseau couvre environ 2600 km. A côté de son activité principale, le BCK avait le droit d’exploiter pendant 99 ans sur le parcours du réseau des exploitations minières. Les prospections mènent à la constitution de la Société Linière du Bécéka, qui devient en 1962 Sibéka (Société d’entreprises et d’investissements du BCK). En 1961, BCK modifie son nom en « Ancienne Compagnie du Chemin de Fer du Bas-Congo au Katanga » et établit la « Nouvelle Compagnie BCK » qui à partir de 1962 continue les activités en Afrique. Cette dernière part en liquidation en 1971 car la KDL reprend l’exploitation du réseau. En 1972, l’Ancienne compagnie du BCK prend la dénomination de Gecifer (Etudes et réalisations de Génie Civil et Ferroviaire) et continue ses activités d’ingénieur-conseil privilégié de la KDL. En 1974, le président Mobutu crée la Société Nationale des Chemins de fer Zaïrois qui absorbe toutes les sociétés de transport ferroviaire du Zaïre dont KDL. Gecifer passe alors des contrats avec d’autres sociétés. En 1979, elle absorbe sa filiale Sodecotra et devient Gecifer-Sodecotra SA. En 1980, Gecifer regroupe les activités d’ingénieur-conseil au sein de sa filiale Gecifer-Sodecotra Engineering. Quant à elle, elle devient une société purement financière.
Sources : Inventaire non publié de l’asbl AVAE (Association pour la valorisation des archives d’entreprises), 2010 ; JOYE P. et LEWIN R., Les trusts au Congo, Société Populaire d’Editions, Bruxelles, 1961, p. 223-225 ; BRION R. et MOREAU J.-L., De la mine à Mars. Genèse d’Umicore, Lannoo, Tielt, 2006; BUELENS F., Congo 1885-1960. Een financieel-economische geschiedenis, Berchem, Epo, 2007, p. 182-187.

Trouvé dans 1 Collection ou document:

Fonds de la Compagnie du Chemin de fer du Bas-Congo au Katanga (BCK)

 Fonds
Identifiant: HA.02.0018
Résumé Ce fonds se compose des archives du secrétariat de la BCK. Dossier général : Statuts et conventions (1906-1969), Présentations, historiques et archives de la société (1910-1982), Assemblées générales et conseil d’administration (1920-1958) ; Direction (1940-1973) : Comité directeur, Comité technique de Bruxelles, Renseignements biographiques et rapports de voyages de dirigeants, Missions d’étude des tracés de ligne (1903-1933) ; Relations avec les autorités publiques (1906-1960) : Constitution...