Passer au contenu principal

Musinga, Yuhi V

 Personne

Dates

  • Existence: Vers 1883-1944

Biographie

Né vers 1883, Musinga est le fils du roi Kigeli IV Rwabugiri et de Kanjogera, fille de Rwakagara du clan des Bega et du lignage des Bakagara. Par son père, Musinga appartient au clan des Banyiginya et au lignage des Bahindiro. Il succède à son frère, le roi Mibambwe IV Rutarindwa, déposé à la suite du coup d’État de Rucunshu de décembre 1896.

Intronisé, en février 1897, sous le nom de règne de Yuhi V, Musinga dirige le Rwanda en association avec sa mère, la reine-mère Nyirayuhi V Kanjogera.

Son règne à cheval entre le XIXe siècle et le XXe siècle est marqué par plusieurs faits illustrant une transformation brusque et profonde du Rwanda.

Dans le domaine politique, son règne est caractérisé par : l’occupation territoriale et la domination politique du Rwanda par une puissance étrangère, allemande entre 1898 et 1916, puis belge entre 1916 et 1962 ; les rébellions armées de Rukura, Ndungutse, Rukara, Basebya et Nyiramuhumuza contestant la légitimité de son pouvoir ; le choix de Kigali comme capitale administrative du Rwanda au détriment de Nyanza, son lieu de résidence depuis 1899 ; l’implication active et passive des Rwandais dans la Première Guerre mondiale aux côtés des Allemands ; la perte du droit de vie et de mort sur ses sujets en 1917 ainsi que la perte en 1923 de la latitude de nommer et de destituer, à sa guise, les chefs ; l’occupation, entre 1919 et 1923, du Gisaka par les Britanniques désireux d’utiliser cette localité comme zone de passage du chemin de fer reliant Le Cap au Caire ; la réunion du Rwanda et du Burundi en un seul territoire, le Ruanda-Urundi, attaché à la colonie du Congo belge ; l’implémentation de la réforme Mortehan (1926-1930) destituant les chefs Hutu, Twa et Tutsi modestes et maintenant au pouvoir les seuls chefs Tutsi issus de grandes familles aristocratiques ; l’instauration de la carte d’identité, en 1930, mentionnant l’appartenance ethnique de son propriétaire.

Dans le domaine économique, le règne de Yuhi V Musinga connait également des faits comme : l’introduction de la monnaie fiduciaire, la roupie par les Allemands, le franc congolais par les Belges ; le prélèvement de l’impôt de capitation ou l’impôt par tête payé par chaque homme adulte valide ou H.A.V. ; la construction des routes et l’aménagement du réseau routier ; l’implantation des corvées coloniales comme le portage, la fabrication des briques, la construction des routes - ces corvées sont exécutées par chaque HAV, et dispensées aux femmes, aux enfants, aux vieillards et aux infirmes ou F.E.V.I. - ; le début du travail rémunéré en monnaie et de l’extraction minière au profit de la Société des mines d’étain du Ruanda-Urundi ou la Minetain ; l’introduction des cultures vivrières obligatoires en 1925 ainsi que des cultures de rapport comme le thé et le café.

Dans le domaine social, le pouvoir de Yuhi Musinga voit : l’arrivée et l’installation des missionnaires chrétiens, les Catholiques en 1900, les Protestants en 1907, les Adventistes du 7e jour en 1920 et les Anglicans en 1922 -l’islam lui s’établit au Rwanda à partir de 1910 - ; le début de l’école de type occidental ; l’amorce de l’action sanitaire au Rwanda marquée par l'octroi des soins médicaux au sein d’hôpitaux et de dispensaires ; l’éclatement des famines Ruyaga en 1897-1903, Kimwaramwara en 1906-1908, Rumanura en 1916-1918, Gakwege en 1924-1926, Rwakayihura en 1928-1930.

Suite à sa mésentente avec l’administration belge et les missionnaires catholiques, Yuhi V Musinga est destitué le 12 novembre 1931 et relégué au sud-ouest du Rwanda, dans la localité de Kamembe du territoire de Shangugu. Il est remplacé au trône, le 16 novembre 1931, par son fils Rudahigwa qui prend le nom dynastique de Mutara III.

Dans son lieu de relégation, Musinga mène une existence calme, mais étroitement surveillée par l’administration belge. Au déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, les autorités belges, craignant son retour au trône à la faveur de la victoire allemande, décident de l’exiler au Congo belge. Elles l’installent alors dans la localité de Moba où il décède le 25 décembre 1944.

Yuhi V Musinga eut 12 épouses parmi lesquelles se trouvent Thérèse Nyirakabuga, Nyiramavugo III Kankazi, Murebwayire, Nyirakigeli V Mukashema.

Il est le père de 20 enfants dont les plus connus sont : Mutara III Rudahigwa, Emma Bakayishonga, Etienne Rwigemera, Gertrude Musheshambugu, Joseph Ruzindana, Emérentienne Mukamurera, Méthode Masabo, Théoneste Bushayija, Mukangira, Spéciose Mukabayojo, Kigeli V Ndahindurwa, François-Xavier Ruzibiza et Espérance Mwanamwana.
Auteur : Dantès Singiza
Sources: VAN DEN ABEELE M.,« Musinga (Yuhi) », in: Biographie Coloniale Belge, t. V, Bruxelles, Institut royale coloniale belge, 1958, col. 626-629; Delmas Léon, "Généalogies de la noblesse (les Batutsi) du Ruanda", Kabgayi, Vicariat apostolique du Ruanda, 1950, p. 91-92.

Trouvé dans 4 Collections et/ou documents:

Fonds Musinga, Yuhi

 Fonds
Identifiant: HA.01.0740
Présentation du contenu Carrière : Lettre de Yuhi Musinga (1927).
Dates: Majeure partie des documents trouvés en 1927