Passer au contenu principal Passer à la recherche Passer aux résultats

Union des femmes coloniales. UFC

 Personne morale

Dates

  • Existence: 1923 - 1940

Historique

De 1920 à 1921, Émilie Alvin (1874-1963) fait un voyage d’étude au Congo à la demande du Fonds spécial du Roi. Elle est notamment chargée de faire un rapport sur la situation des femmes au Congo. À la suite de cette mission, elle fonde en 1923 (officiellement en 1924) l’Union des femmes coloniales. Des comités locaux sont créés : leur mission est d’améliorer les conditions de vie des coloniales mais aussi d’apporter une aide aux femmes et aux enfants indigènes. L’UFC publie un Bulletin de l’Union des femmes coloniales qui entretient un véritable réseau de femmes liées par leur expérience coloniale, même après le retour en Belgique.
Sources : HUGON A., Histoire des femmes en situation coloniale : Afrique et Asie, XXe siècle, coll. Hommes et Sociétés, Karthala, 2004 ; GUBIN E., « Alvin Émilie », in : Dictionnaire des femmes belges : XIXe et XXe siècles, Racine, 2006, p.24-25 ; JACQUES C. et PIETTE V., « La femme européenne au Congo belge : un rouage méconnu de l’entreprise coloniale. Discours et pratiques (1908-1940) », in : Bulletin des séances de l’Académie royale des sciences d’Outre-mer, vol. 49, n°3, 2003, p. 261-293.

Trouvé dans 1 Collection ou document:

Fonds de l’Union des Femmes Coloniales

 Fonds
Identifiant: HA.02.0024
Résumé Lettres des premières infirmières belges membres de l’Union des femmes coloniales (UFC) qui soient parties au Congo (adressées à E. Dardenne-Alvin pour communication à l’Union des femmes coloniales). Elles y racontent leur quotidien, la vie des africains et des colons, les techniques de soins, etc. Il s’agit de Mlle Thomas (Lisala, district des Bangala) (1924), Mme Hurlet B. (Rutshuru, Kivu) (1924), Mme Desprez-Borguet (Libenge-Ubangui) (1922-1923), Mme Passau (Stanleyville) (1922-1923), Mme...