Passer au contenu principal Passer à la recherche Passer aux résultats

Groupe Empain

 Personne morale

Dates

  • Existence: 1892 - 1972

Historique

Le Groupe Empain se compose d’un ensemble informel de sociétés industrielles actives principalement dans les secteurs des transports et de l’électricité. C’est le baron Édouard Empain (1852-1929) qui est à l’origine du groupe. Il crée en 1881 une société à portefeuille spécialisée dans la construction de chemins de fer économiques en Belgique puis en France. En 1891, le baron Empain constitue ou collabore à la constitution d’un grand nombre d’entreprises de tramways électriques en Belgique (Bruxelles-Tervuren, Gand, Charleroi, littoral), en France (Boulogne, Lille), en Espagne, en Russie (Astrakhan), en Egypte, et en Chine. Il établit le premier vicinal entre Liège et Jemeppe et acquière ou construit de nombreuses autres lignes de chemin de fer en France. Il exploite au niveau national puis mondial (Russie, Chine, Espagne) la nouvelle technique de la traction électrique des tramways urbains, dont le couronnement est incontestablement la réalisation du métropolitain de Paris. Il réalise également la grande ligne transversale qui relie les provinces occidentales de la Chine à la région maritime. Il s'intéresse ensuite à la production et à la distribution de l'électricité. En 1904, le groupe Empain crée la Compagnie Générale de Railways et d’Electricité (Electrorail), la plus importante du groupe dans le secteur électrique, ainsi que plusieurs autres sociétés dans le domaine de l’électricité. En 1906, le baron procède à une concentration financière de ses intérêts avec ceux de son ami Raoul Warocqué, fondateur de la Société d’Eclairage du Centre. La fusion de cette société avec la société d’Electricité du Hainaut qu’il avait créé en 1904, donne naissance à une société de taille considérable : la société Gaz et Electricité du Hainaut. Le baron est aussi actif à l’étranger. Il participe à la création de la ville moderne d’Héliopolis en Egypte. Dès 1902, il est appelé par Léopold II pour intervenir au Congo. Empain crée alors la Société des Chemins de Fer du Congo Supérieur aux Grands Lacs Africains (CFL). Cette société est créée pour réaliser un projet dont Léopold II avait ordonné l’étude dès 1898 : la construction d’une voie ferrée « Congo-Nil » qui partirait de Stanleyville pour atteindre les rives du lac Albert, à la frontière nord-est de la colonie, tandis qu’une autre branche s’engagerait vers le sud pour atteindre le nord du lac Tanganyika. Mais les découvertes minières au Katanga incitent les dirigeants des CFL à relier tout d’abord Stanleyville à Ponthierville et la liaison avec le lac Albert et le Nil ne se réalise finalement jamais. En 1950, le CFL exploite 840 km de voie ferrée mais aussi 1025km de cours d’eau sur le Lualaba et 665 km de lignes sur le Lac Tanganyika. En contrepartie de la construction du réseau ferroviaire, le CFL reçoit un domaine foncier et un domaine minier. En 1923, CFL crée une filiale, la Compagnie Minière des Grands Lacs (MGL) afin d’exploiter ce domaine (en 1950, les concessions de MGL s’étendront sur 49.000 km carrés). En 1929, le domaine minier du CFL est soumis au régime de prospection publique et confié à un comité minier composé de représentants de la colonie et des CFL. En 1932, le groupe Empain et la Société minière de la Tele créent une société minière, Cobelmin. Sa mission est d’assurer des travaux de prospection et d’exploitation pour le compte de plusieurs sociétés qui ont obtenu des concessions dans le domaine minier des CFL ouvert à la prospection libre. L’activité coloniale du groupe Empain est financée par un groupe créé après la Première Guerre mondiale, l’Auxiliaire industrielle et financière des Grands Lacs africains (Auxilacs), et par la Compagnie commerciale, industrielle et minière (CIM). Le Groupe Empain porte un grand intérêt au Comité national du Kivu (CNKi). En 1928, la CFL cède certains de ses droits au Comité national du Kivu moyennant une participation dans l’administration et les bénéfices de cet organisme. Pour le grand public, l’activité du groupe Empain au Congo est caractérisée essentiellement par la construction et l’exploitation de la ligne du Chemin de fer du congo supérieur aux Grands Lacs africains. Les intérêts du groupe au Congo, confiés à la société à portefuille Auxilacs, sont cependant beaucoup plus diversifiés : secteur minier (Minière des Grands Lacs, Linière du Lualaba, Minière de l’Urega, Kivumines, Kinoretain, etc.), secteur immobilier (Cimoki), trasports routiers (Transkat), exploitation forestière (Cofolacs) ou agricole (Platarundi et Compagnie de la Ruzizi).
Sources : Inventaire non publié de l’asbl AVAE, 2009 ; JOYE P. et LEWIN R., Les trusts au Congo, Société Populaire d’Editions, Bruxelles, 1961, p. 234,-247 ; DENOEL T., Le nouveau dictionnaire des Belges, Le Cri 1992.

Trouvé dans 1 Collection ou document:

Fonds Groupe Empain

 Fonds
Identifiant: HA.O2.0001
Résumé Le fonds du Groupe Empain est composé de nombreux sous-fonds : Archives de Paul Lalou (administrateur directeur général d’Electrorail, administrateur délégué du CFL, vice-président de la Minière des Grands-Lacs, président de Cobelmin) : Documents relatifs aux évenements politiques et militaires au Congo et spécialement dans la région des Grands-Lacs ; Documents relatifs à son mandat dans la CFL, à son mandat dans la Cominière (Société Commerciale et Minière du Congo) et à son mandat dans...