Passer au contenu principal Passer à la recherche Passer aux résultats

Compagnie du Congo pour le Commerce et l’Industrie. CCCI

 Personne morale

Dates

  • Existence: 1866 - 1971

Historique

En 1866, Albert Thys crée la première société coloniale du territoire, la Compagnie du Congo pour le commerce et l’industrie (CCCI) qui donne elle-même naissance à la Compagnie des chemins de fer du Congo (CFC) en vue de construire la voie ferrée Matadi-Léopoldville (achevée en 1898). Sous l’impulsion de Thys et de Léopold II, la CCCI et une société de capitalistes anglais crée en 1891 la Compagnie du Katanga pour défendre cette région contre les prétentions des Britanniques. La nécessité de mobiliser de nouveaux capitaux en faveur des entreprises coloniales amène Albert Thys à fonder en janvier 1899 une nouvelle société : la Compagnie internationale pour le commerce et l’industrie (CCCI). Rebaptisée la Banque d’Outremer quelques mois plus tard, la CCCI a pour actionnaires principaux la CCCI, la Société Générale et le Banque de Paris et des Pays-Bas. La Banque d’Outremer est progressivement contrôlée par la Société Générale qui, par son intermédiaire, se rend maitre de la CCCI. C’est en 1928 que la Société Générale, après avoir absorbé la Banque d’outre-mer, réussit à faire de la CCCI son principal « holding » congolais. Le 21 juin 1960, la société congolaise CCCI est transformée en société de droit belge (Moniteur belge du 11 juillet 1960). De 1965 à 1971, la situation des sociétés belges actives au Congo se détériore progressivement. La plupart des sociétés du groupe CCCI tentent de se redéployer en Europe. En 1971, on décide d’unir les forces financières des deux holdings CCCI et Compagnie du Katanga. Pour des raisons fiscales, c’est la filiale (la Compagnie du Katanga) qui absorbe la société mère (la CCCI). La dénomination de la société est modifiée, elle devient la Compagnie Européenne et d'Outre-Mer, en abrégé Euroutremer. En décembre 1972, la Compagnie financière du Katanga reprend le portefeuille de la société Euroutremer et la société prend le nom de Compagnie Financière Européenne et d'Outre-Mer, en abrégé Finoutremer. En 2000, la société entre en liquidation et tant l’actif que le passif de Finoutremer sont repris par la Société générale.
Sources : BOURGI A., « La Générale de Belgique ou la stratégie de l’araignée » dans Conflit belgo-zaïrois : fondements historiques, politiques, économiques et culturels, Paris, Éd. Présence africaine, 1990, p. 95-97 ; BUELENS F., Congo 1885-1960. Een financieel-economische geschiedenis, Epo, Berchem, 2007, p. 106-114; JOYE P. et LEWIN R., Les trusts au Congo, Société Populaire d’Editions, Bruxelles, 1961, p. 203-208 ; BRION R. et MOREAU J.-P., Inventaire des groupes CCCI et Compagnie du Katanga (alias Finoutremer) 1887-1984), Bruxelles, 2006, (Archives générales du Royaume. Inventaires, n° 384), p. XV-XXVI.

Trouvé dans 1 Collection ou document:

Fonds de la Compagnie du Congo pour le commerce et l’industrie (CCCI)

 Fonds
Identifiant: HA.02.0017
Résumé Documents relatifs à divers thèmes étudiés lors de l’élaboration du Plan décennal (1949) : Rapports et procès-verbaux de réunions concernant le développement industriel, les travaux publics, les plans d’économie rurale, des considérations générales, les transports, les programmes d’investissements publics et para-publics ; Documents relatifs à la politique du Gouvernement en matière de grands travaux dans la colonie : Volonté d’arrêt pour cause de crise économique (1932), Quelques mesures...