Passer au contenu principal Passer à la recherche Passer aux résultats

Institut des Parcs Nationaux du Congo belge et du Ruanda-Urundi . IPNCB

 Personne morale

Dates

  • Existence: 1934 - 1969

Biographie

L’Institut des Parcs Nationaux du Congo belge et du Ruanda-Urundi a pour objectifs la protection absolue de milieux naturels typiques, l’étude scientifique de ces milieux, et le tourisme pour autant que celui-ci soit compatible avec les deux premiers buts. C’est en 1925 que le parc Albert, premier parc africain, voit le jour. Sa création est étroitement liée avec la découverte du gorille des montagnes, inconnu jusqu’alors. Sous l’impulsion du scientifique américain Carl Akeley et du roi des Belges Albert Ier, deux réserves de chasse et de protection des gorilles sont alors créées. Cet ensemble devient le noyau du futur parc national. A sa création, le parc est immédiatement divisé en deux zones distinctes : la réserve naturelle intégrale impliquant une protection totale de la faune et de la flore dans un but scientifique, et les territoires annexes constituant une zone tampon entre la réserve et les terres avoisinantes. L’organisation territoriale du parc est menée à bien par Carl Akeley, puis par le zoologiste Jean-Marie Derscheid qui agrandit fortement le parc. Le prince Léopold de Belgique et Victor Van Straelen, directeur du Musée d’histoire naturelle de Belgique l’administrent depuis Bruxelles. En 1934, l’Institut des Parcs Nationaux est créé. De cette date jusqu’à l’indépendance, l’Institut a une vision très claire de son rôle (consolidation de la politique de conservation, création et gestion d’autres parcs nationaux,..) et vise une plus grande autonomie face au gouvernement colonial. Cette politique paye et de nouveaux parcs sont créés : Le Parc National de la Kagera (1934), ancien territoire de la réserve de chasse existante de la Kagera au Ruanda, la Parc National de la Garamba (1938) établi sur base de celle l’Aka-Dungu dans le Haut-Uele, et le Parc de l’Upemba (1939), établi sur la réserve zoologique et forestière du Lualaba-Kitama. Après 1960, l’Institut est repris par les Congolais. En 1969, Mobutu prend des mesures fortes : il crée l’Institut congolais pour la conservation de la nature (dirigé par Jacques Verschuren) et met en place un commissariat d’Etat à l’environnement. La recherche belge se développe grâce à un accord de coopération. La fin de la coopération belgo-congolaise en 1991 et, un peu plus tard, les crises et conflits armés ont cependant eu un impact négatif sur les programmes établis ainsi que sur la biodiversité. Les parcs du Congo continuent d’être gérés par l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), autorité officielle de la République démocratique du Congo, en partenariat Public-Privé avec la Fondation Virunga pour le Parc national des Virunga et avec African Parks pour le Parc national de la Garamba. Au Rwanda, la gestion du Parc de l’Akagera est confiée conjointement à African Parks et au Rwanda Development Board (RDB).
VAN SCHUYLENBERGH, P., L’histoire des Parcs nationaux. Passé et Présent des parcs nationaux de la RDC, in : Kisungulu, 2e trimestre 2007, n°100, pp. 7-9 ; Parcs nationaux du Congo Belge, Institut des parcs nationaux du Congo belge, Bruxelles, M. HAYEZ, 1955.

Trouvé dans 1 Collection ou document:

Fonds de l’Institut des Parcs Nationaux du Congo et du Ruanda-Urundi

 Fonds
Identifiant: HA.02.0009
Résumé Documents relatifs à la gestion administrative et juridique : Décret constitutif des parcs nationaux de 1935, Statuts de l’institut, Rapports mensuels et annuels, Correspondance de gestion courante, Assemblées générales, Correspondances avec le Musée d’Histoire naturelle, Communications et procès-verbaux des comités de direction, Procès-verbaux des commissions administratives, Rapports relatifs à l’étude de la délimitation de certains parcs, Rapports d’activité des parcs, Courriers entrants et...